Gare à la périostite tibiale

Définition :

Le périoste est une lame de tissu qui entoure les os. Il est constitué de deux couches : l’une, externe, formée de collagène ; l’autre, interne, constituée d’ostéoblastes (cellules qui participent à la minéralisation des os).

Causes :

Souvent déclenchée en début de saison, lors de la reprise d’un entraînement (intensif), la périostite se développe d’autant plus que le runner évolue sur terrains durs. Elle peut être la cause de chaussures trop usées notamment avec un amorti insuffisant. La mauvaise hydratation et le manque d’échauffement sont également des causes possibles.

Symptômes :

Résultat de recherche d'images pour "périostite"

La douleur provoquée par la périostite est localisée sur le tibia (généralement sur son bord interne).

Elle se concentre sur plusieurs centimètres – à l’inverse de la fracture de fatigue qui est beaucoup plus localisée. Elle se déclenche très nettement lors de la pratique de la course et se soulage rapidement au repos. A terme, si elle est ignorée, elle augmente en intensité à l’effort.

A la palpation, le signal douloureux est d’intensité variable et ne se diffuse pas sur les parties molles voisines (notamment le mollet). Invisible à la radio, la périostite peut en revanche se débusquer à l’occasion d’une scintigraphie osseuse (examen lourd et coûteux peu prescrit pour ce genre de pathologies).

 

Pourquoi consulter un ostéopathe ?

Le premier travail de l’ostéopathe sera de comprendre et de déterminer la cause de vos douleurs pour ensuite la traiter. Le 1er objectif sera de diminuer la douleur et ensuite d’éviter les récidives.

L’ostéopathe travaillera donc sur toutes les régions pouvant entraîner un excès de contraintes sur le tibia. Il travaillera sur la mobilité et l’équilibre notamment de la colonne vertébrale, du bassin, du genou et de la cheville. De plus, des techniques seront appliquées afin de conduire au relâchement musculaire.

Un travail de pompage lymphatique peut être effectué pour favoriser la récupération des tissus.

Il travaillera ensuite sur votre posture, en association avec un posturologue/podologue, afin d’éviter la chronicité et les récidives. Un travail kiné peut également être envisagé ( massage , Ktape, froid).

Conseils :

  • Bonne hydratation
  • Arrêt du sport pendant 6 semaines au moins pour diminuer l’inflammation
  • Glaçage régulier
  • Massage des muscles aux alentours du tibia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *