Les ventouses thérapeutiques et l’Ostéopathie

Un professionnel de santé vous a peut-être déjà posé des ventouses, ces drôles d’objets en verre ou en plastique, en forme de cloches, qui laissent des marques violacées pendant des jours.
Ou vous avez peut-être déjà entendu des personnes (souvent âgées), dire que la thérapie par les ventouses, ça ne date pas d’hier !
Les ventouses thérapeutiques (ou cupping therapy) sont une médecine à part entière et peuvent être un véritable outil utilisé lors d’une séance chez votre ostéopathe.Ventouses thérapeutiques ou cupping thérapie et ostéopathie

Types de ventouses et principe

On trouve le plus souvent trois types de poses de ventouses. La pose à chaud (qui est la méthode la plus ancienne et une des plus utilisée) où l’on insère un coton imbibé d’alcool à brûler et enflammé dans la ventouse, la pose à froid (qui est plus pratique car elle nécessite uniquement un pistolet qui permet d’aspirer les tissus) et enfin les ventouses scarifiées qui nécessitent une petite griffure de la zone traitée (méthode réservée à des praticiens expérimentés).
Le principe des ventouses est simple et consiste à créer un effet de dépression à l’intérieur du récipient, ce vide créé permet « d’aspirer » la peau du patient à l’intérieur de la ventouse a de multiples effets que nous détaillerons plus bas.

Actions des ventouses sur le corps

Comme le dit Daniel Henry, ostéopathe et kinésithérapeute pionnier de l’utilisation des ventouses en France « la médecine des ventouses permet entre autres de traiter des zones tellement nouées que l’application des mains demanderait plusieurs séances, au mieux. »Une fois la ventouse posée, elle a différentes actions sur différents plans de notre organisme.

– La première est l’action mécanique car elle permet de jouer sur l’élasticité et la souplesse du tissu sous-jacent, que ce soit sur le plan cutané ou musculaire et tendineux. Elle permet de « décoller » le tissu, de l’assouplir donc de lui redonner de la mobilité et aussi d’encourager la venue de cellules anti-inflammatoire de l’organisme.

– Une action vasculaire importante est également observée. Les ventouses provoquent une hyperhémie locale qui est une accumulation de sang dans une zone. C’est cette hyperhémie qui donne cet aspect rouge violacé qui arrive pendant la pose et perdure souvent quand la ventouse a été retirée (cette marque disparaît au bout de 5 à 7 jours).
Dans son livre « Guide thérapeutique en médecine des ventouses », Daniel Henry nous dit que « ce mécanisme entraîne localement un mouvement des stases et collections tissulaires sous-jacentes vers la surface de la peau. », elles provoquent donc une vasoconstriction en profondeur et une vasodilatation en surface.

– Les ventouses permettent aussi, sur un plan respiratoire, d’améliorer la circulation de l’oxygène alvéolaire et participent au décollement des sécrétions bronchiques.

Les indications

Les premières indications des ventouses thérapeutiques sont les troubles ostéo-articulaires, ligamentaires et tendineux telles que les lombalgies, cervicalgies, pathologies de l’épaule, tendinites, entorses de cheville … Via l’action antalgique décrite plus haut, la pose de ventouse pourra entraîner une diminution de la douleur et de l’inflammation locale souvent associée à ce type de trouble.
Elles ont aussi un rôle dans les pathologies digestives et gynécologiques (syndrome prémenstruel, constipation…), en pneumologie (asthme, bronchites…), pour des problèmes de migraines ou de céphalées et même pour des troubles psychiques (dépression, fatigue chronique…).

Et l’ostéopathie dans tout ça ?

De plus en plus d’ostéopathes se forment à la pose de ventouses thérapeutiques, elles sont un outil pertinent qui vient en complément de la séance d’ostéopathie. Elles peuvent faire aussi l’objet d’une séance entière. Elles pourront être utilisées avant ou après le traitement ostéopathique pour réduire l’inflammation s’il y en a, augmenter l’élasticité des tissus pour que les manipulations de votre ostéopathe puissent être plus efficaces et durer dans le temps ou encore venir en complément pour des patients souffrant de troubles plus complexes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *