Ostéopathie et troubles du sommeil

Le sommeil est un état dans lequel nous passons environ un tiers de notre vie. Pour certains c’est un plaisir, pour d’autres un cauchemar, il reste néanmoins un besoin vital pour tout le monde.

En moyenne un adulte doit dormir au minimum 6 heures par nuit (d’une seule traite), certains gros dormeurs peuvent dormir jusqu’à 10 heures. Cette moyenne diminue progressivement avec l’âge. Selon une étude, plus de 30% de la population française présente des troubles du sommeil (l’insomnie étant le plus recensé) qui ne sont pas sans conséquences, que ce soit sur l’organisme ou sur le plan social et psychologique.

Aujourd’hui l’ostéopathie s’avère être une alternative de choix dans la prise en charge de ces troubles du sommeil.

Les pathologies du sommeil

Notre cerveau est programmé pour nous imposer le sommeil régulièrement, plusieurs heures par jour. Le sommeil ne permet pas seulement de récupérer de la fatigue physique, il joue un rôle essentiel dans le développement cérébral. Il intervient également dans la régulation de certaines fonctions métaboliques.

 

Les conséquences du manque de sommeil sur notre organisme :

Résultat de recherche d'images pour "trouble du sommeil"

  • troubles digestifs;
  • prise de poids;
  • stress;
  • migraines;
  • dépression;
  • troubles de la vigilance;
  • troubles de l’apprentissage.

Prise en charge ostéopathique

Les troubles du sommeil sont souvent dus à des perturbations du système nerveux végétatif ou autonome (partie du système nerveux qui régule certaines fonctions automatiques de l’organisme, comme la circulation artérielle et veineuse, la digestion, la respiration, les muscles cardiaques ou le fonctionnement de certaines glandes). Ceci pourrait justifier la mise en place d’un protocole de traitement crânien, moyen par lequel l’ostéopathe peut agir sur ce système autonome.

Les conseils de l’ostéopathe

Voici quelques conseils pour favoriser un sommeil de qualité :

  • Avoir des horaires réguliers de coucher et de lever;

  • Éviter la consommation de produits excitants dès le début de soirée (café, thé noir, coca…);

  • Éviter une activité physique trop tardive;

  • Éviter les écrans avant d’aller se coucher;

  • Éviter les repas trop copieux le soir.

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *