Troubles musculo-squelettiques et Huiles essentielles

 

https://i0.wp.com/cache.magazine-avantages.fr/data/photo/w1000_ci/4w/istock-546775666.jpg?resize=693%2C462&ssl=1

Les troubles musculo-squelettiques sont des fléaux dont nous souffrirons tous au moins une fois dans notre vie, que ce soit via des douleurs lombaires, un torticolis, une douleur dans le genou, etc. Une personne touchée par une douleur articulaire pourra être confrontée à une prise d’anti inflammatoires, une prise en charge en kinésithérapie, une infiltration dans la zone en souffrance pour diminuer la douleur … Et dans tous ces axes thérapeutiques, l’aromathérapie (thérapie par les huiles essentielles) a une place de plus en plus importante comme « médecine parallèle » pouvant apporter une diminution des symptômes et un soulagement de la douleur.

Mais quelles huiles ont un réel intérêt dans la prise en charge de ces troubles articulaires ?
Attention ! Toute prise d’huile essentielle, via n’importe quelle voie (orale, cutanée, en diffusion …) doit être contrôlée et validée par un professionnel formé et compétent en aromathérapie. Toutes les huiles qui seront citées dans cet article ont des propriétés propres et ne peuvent pas être données à tout le monde, au même dosage (patient prenant un traitement médicamenteux, femme enceinte, enfant…).
Rappelez-vous que ce n’est pas parce que la base d’une huile essentielle est une plante qu’elles sont sans danger (l’amanite phalloïde est mortelle pour l’être humain s’il en consomme, et pourtant, c’est un champignon …).

Qu’est-ce qu’une huile essentielle et quelles sont ses voies d’administration ?
La définition d’une huile essentielle selon la norme AFNOR NT 75-006 (Fev 2006) est « un produit obtenu à partir d’une matière première végétale, soit par un entrainement à la vapeur d’eau (…) soit par distillation sèche, qui est séparé de la phase aqueuse par des procédés physiques. » En bref, l’huile essentielle résulte de la distillation par la vapeur d’eau de plantes (fleurs, écorce…) ou d’arbres aromatiques.

Réaliser une hydrodistillation | SchoolMouv

 

On peut les utiliser via différentes voies d’administration. La voie orale (gélules, sur un sucre…), cutanée (crèmes, baumes …), rectale (suppositoires) ou encore la voie respiratoire (par inhalation ou diffusion).

Pour le sujet qui nous intéresse, nous parlerons surtout de la voie cutanée.
Chaque huile a ses propres caractéristiques, indications et voies préférées. En effet, il est important de se rappeler que certaines huiles ne s’utilisent pas en cutané par exemple, que d’autres ne se diffusent pas ou bien que d’autres ne se prennent pas par voie orale. D’où, encore une fois, l’importance de consulter un professionnel qualifié pour être sûr d’utiliser la bonne huile, au bon moment et de la bonne façon.

Quelles huiles peut-on utiliser ?
Si vous avez tendance à souffrir de lumbago ou de torticolis récurrents, vous avez sans doute entendu parler de l’huile de gaulthérie odorante. En effet, elle est anti-inflammatoire, cicatrisante et s’utilise souvent dans des cas de traumatismes (hématomes, entorses, courbatures…), de douleurs tendineuses, articulaires, musculaires. Elle est redoutable si utilisée en phase aiguë. Elle ne s’utilise qu’en voie cutanée.

L’huile de Romarin à Camphre a également une action très intéressante car elle provoque une décontraction musculaire et une diminution de l’inflammation quand elle est appliquée sur le système musculo-tendineux. Elle s’utilise très bien en cutanée mais elle est à déconseiller aux personnes hypertendues, aux bébés et aux femmes enceintes.

La menthe poivrée est une huile très connue et utilisée par beaucoup de personnes pour son action antidouleur (surtout connue dans les céphalées), elle est pertinente dans le traitement de douleurs musculaires et articulaires. Elle s’utilise aussi en cutanée.

Enfin, une dernière huile qui a, elle, une action plutôt drainante, anti hématome et antalgique. C’est l’Hélichryse italienne ou Immortelle. C’est l’huile de la circulation sanguine par excellence ! Elle est donc très utilisée en cas d’ecchymose, de pathologies vasculaires comme les phlébites ou l’artérite, mais elle est aussi antalgique et anti-inflammatoire et permet de par son action drainante combinée à d’autres huiles, d’avoir une meilleure circulation sanguine sur la zone en souffrance.
Elle peut être utilisée en cutané et elle est à éviter chez les personnes prenant un traitement anti coagulant, chez la femme enceinte.

Si vous souffrez d’un lumbago, torticolis ou d’une douleur aiguë sur une autre zone (cheville, épaule), voici une synergie que vous pouvez faire et ensuite appliquer sur la zone en souffrance :
Mélangez dans 10 gouttes d’huile végétale d’Arnica, 2 gouttes de Gaulthérie, 2 gouttes de Romarin à Camphre, 2 gouttes de Menthe poivrée et 1 goutte d’Hélichryse italienne. Massez-vous avec ce mélange 2 à 3 fois par jour jusqu’à ce que la douleur diminue. Si ce n’est pas le cas, consultez.

Assurez-vous bien sûr, avant de faire le mélange, que vous n’avez aucune contre-indication envers les huiles utilisées et qu’il n’y a pas d’interactions médicamenteuses possibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *